Quelques infos CFDT récentes : Cheminots BFC, Elections TPE, MBF Aluminium St Claude, Interco CFDT 90, Enseignement privé CFDT Bourgogne, CESER Bourgogne Franche-Comté

Publié le 11/04/2021

"Parlons Actions Syndicales" CFDT Bourgogne Franche-Comté essaiera de vous offrir régulièrement quelques infos récentes de la CFDT en région.

Cheminots CFDT Bourgogne Franche-Comté

 

La newsletter numéro 64 de la CFDT Cheminots BFC du 6 avril 2021 est en ligne sur la page facebook du syndicat en « page à page » : ….. https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=474881687193722&id=103863880962173

… ou les 6 pages de la publication dan,s le document 1 en téléchargement en bas de page.

visuel cheminot

Au sommaire dans ce numéro :

  • Retour d’expérience notations cadres 2021 sur la zone de production Sud-Est où la CFDT cheminots BFC nous explique l’utilisation de leur logiciel qui permet de gérer les réclamations sur la notation annuelle seule occasion de redistribuer le fruit des efforts fournis au cours de l’année écoulée. 180 réclamations ont été reçues par la CFDT et sur 28 mesures supplémentaires accordées, 20 l’ont été suite à réclamations déposées par la CFDT Cheminots. Par ailleurs, la CFDT Cheminots défend avec opiniâtreté le déroulement de carrière des agents, qu’ils soient statutaires ou contractuels !
  • BU « business unit » TER Bourgogne Franche-Comté : qui relate l’investissement fort de la CFDT pour trouver le meilleur compromis possible entre les agents des « équipe mobiles-EMOB » et l’activité à bord des trains TER de la région.
  •  L’Agenda détaillé  de l’Union Professionnelle Régionale

 Un portrait de syndicaliste, cheminot depuis 2005, siégeant entre autres mandats au Comité Social et Economique (CSE) et par ailleurs devenu depuis le début de l’année praticien de l’hypnose éricksonienne qu’il considère comme un prolongement de son engagement syndical de se mettre au service des personnes et de leur bien-être.  

 

Elections TPE : pour l'instant pas terrible la participation ! 

Malgré toute les communications syndicales et de l’Etat pour populariser cette élection, malgré pour notre Cfdt Bourgogne Franche-Comté toutes les rencontres effectuées auprès des salariées des villes petites, moyennes ou plus grande… la participation s’annonce faible même si la forte progression des votes électronique ne compensera pas la baisse estimée du vote par correspondance. Il est vrai aussi que le confinement de nombreuses activités notamment les HCR (Hôtel-cafés-restaurants) n’incitent pas l’électorat à se mobiliser. Le dépouillement commence le 13 avril et les résultats devraient être connus le 16 avril.

Le 6 avril à 18 heures le taux provisoire de participation était estimé à 5.1% - en retrait sur 2017 où le taux définitif  était de 7.35 % - dont 2.94 % pour le vote électronique. Celui-ci va de 2.57 % en Ile de France à 3.36 % pour le Grand-Est en France métropolitaine. La Bourgogne Franche-Comté est à la 5 ième place avec 3.12 % de vote électronique est au coude à coude avec la Bretagne 3.13 %.

En attendant, l’annonce des résultats du scrutin prévue pour le 16 avril, nous tenions à vous adresser un grand Merci pour votre mobilisation, votre engagement que vous avez su tenir dans la durée et ce jusqu’à la dernière minute du scrutin.

visuel tpe

Comme le dit, au soir de la clôture du scrutin pour le vote électronique, le message de  la délégation confédérale CFDT TPE auquel  s’associe Kemal BATRIBEK notre secrétaire régionale en charge de l’Yonne et des TPE : «  nous pouvons être fier de l’effort fournis qui nous permettra de partir sur de nouvelles bases au moment du bilan que nous ferons de cette stratégie.

 

Et la délégation de poursuivre : «  nous devons continuer à donner du sens et une légitimité plus forte à ce que produit le dialogue social pour ces travailleurs. Continuer à se mettre à l’écoute de leurs réalités professionnelles afin de faire émerger le quotidien de leur vie au travail. C’est ce que nous avons su faire au travers de la conférence de presse du 16 mars dernier lors de laquelle quatre candidats CFDT ont pu témoigner de la réalité de leur profession. Malgré le contexte de la crise sanitaire, nous avons veillé à être à leur côté, à revendiquer des solutions et des aides qui prennent également en compte ces travailleurs. Comme nous avons su le faire et comme nous continuons à le faire, la CFDT s’est donné les moyens d’être présente pour eux pendant la crise. La sortie de crise sera également un moment compliqué pour nombre de ces salariés pour lesquels nous aurons certainement à anticiper, à proposer et à redoubler d’efforts pour les accompagner. C’est ce qui nous permettra à nouveau de renforcer notre légitimité auprès d’eux. Merci à vous et à très vite pour poursuivre ensemble l’action de la CFDT auprès des salariés des TPE ».

Voir le document 2 en téléchargement ci-dessous

 

Grand Belfort : une prime de 100 € pour les salarié.e.s, une avancée de la CFDT Interco 90

visuel interoc

Ainsi que nous le déclare Rachid DORMANE  Secrétaire Général CFDT INTERCO 90 : « Suite à l'annonce de la loi de transformation de la Fonction Publique, INTERCO CFDT 90 a entamé des négociations avec le Directeur Général des Services  Monsieur Jérôme Saintigny et Monsieur le Président Maire Damien Meslot. Afin de compenser la perte de 3 jours de congés annuels*, la CFDT a proposé une augmentation de la prime de fin d'année de 200€ net. Après de nombreux échanges avec la direction nous sommes parvenus à un accord de 100€ net, faisant ainsi évoluer la prime de 1300€ net à 1400€ net pour environ 1500 agents de la ville de Belfort, du Grand-Belfort, du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) et  du Syndicat mixte pour la gestion de parcs automobiles publics (SMGPAP).  Le Président Maire l'a annoncé au Conseil Municipal du mercredi 31 Mars ainsi que sur la presse locale ce jour.

Et Rachid DORMANE de poursuivre : « C'est une petite victoire d'INTERCO 90, les retours satisfaisants des agents nous motivent pour mener d'autres actions dans le futur ». 

 

Voir les documents 3 et 4 du syndicat Interco CFDT 90 sur les résultats des négociations et l’enquête flash temps de travail.

*L’ensemble des collectivités locales devant avoir désormais un temps de travail annuel de 1607 heures

 

Un nouveau numéro de la Newsletter de la FEP (enseignement privé) CFDT Bourgogne

visuel fep

Au sommaire de ce nouveau numéro reçu par WEB CFDT BFC :

  • Edito - 3e confinement : La FEP-CFDT Bourgogne reste debout pour vous
  • Dates à retenir...
  • Sondage : Quelles sont vos revendications à porter au ministère et au Rectorat ?
  • Rencontre fédérale des SG
  • Et les établissements scolaires durent refermer leurs portes…
  • Jour de carence pour les agents publics 
  • FAQ et continuité pédagogique - 3e confinement 
  • Mutations
  • Une réforme de la formation initiale qui ne convainc pas
  • Comité de suivi La Fep de la réforme Lycées : entre satisfaction, exaspération et inquiétude !
  • Comité de suivi de la voie pro du 17 mars
  • Modalités d’examen 2021 
  • Les mesures applicables aux personnels OGEC pendant le 3e confinement 
  • Baccalauréat 2021 : Des épreuves plus nombreuses pour les élèves des établissements privés hors contrat 
  • Attestation fiscale de ses cotisations fiscales pour l'année 2020

 

La dernière newletter de la FEP CFDT Bourgogne : http://fepcfdtbourgogne.fr/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=242&wysijap=subscriptions&user_id=1744

 

MBF Aluminium Saint-Claude : l’intersyndicale CGT-SUD-CFDT maintient la pression

 MBF Aluminium  à St-Claude, sous-préfecture du Jura, est un sous-traitant de l’industrie automobile spécialiste de l’injection sous pression d'aluminium, de l’usinage et de l’assemblage de pièces en aluminium de grandes séries. Ainsi l’entreprise produit la plupart des composants aluminium du groupe motopropulseur d’un véhicule.

 L’entreprise est en cessation de paiement et sa survie dépend des commandes de PSA (aujourd’hui  Stellantis suite à la fusion de PSA et de Fiat-Chrysler) et de Renault  qui, selon l’intersyndicale n’ont pas tenu leurs engagements. Ceci hypothèque l’avenir du site et sa reprise éventuelle pour laquelle le tribunal de commerce de Dijon a accordé le 30 mars un sursis au 27 avril date de décision définitive sur le devenir de l’entreprise actuellement en redressement judiciaire et de ses plus de 200 salarié.e.s.

C’est pourquoi nous informe Fabrice GINDRE, le secrétaire régional CFDT Bourgogne Franche-Comté en charge de la Saône et Loire et du Jura Sud les salariés en grève  se sont mobilisés à Peugeot Sochaux d’abord et ce 8 avril devant le siège de Renault à Boulogne-Billancourt puis en audience à Paris à l’Assemblée nationale. Enfin, ils espéraient  se rendre à Bercy en fin de journée pour pouvoir rencontrer le ministre de l’Économie ou sa  ministre déléguée chargée de l’Industrie.

 

Échos de la plénière CESER su 7 avril  : l’intervention CFDT sur les comptes 2020 de la région

 

Le Comité économique, social et environnemental régional de Bourgogne Franche-Comté était en assemblée plénière ce 7 avril 2021. Il avait de nombreux avis à rendre :

  • Compte administratif de l'exercice 2020 de la Région BFC
  • Budget supplémentaire 2021
  • Avenant au Plan d'Accélération de l'Investissement Régional
  • Stratégie régionale de spécialisation intelligente pour la recherche et l'innovation en BFC 2021-2027
  • Plan d'actions régional pour l'entrepreunariat des femmes
  • Contrat de canal du Centre 2021-2025 - Charte fluviale de territoire Rives de Saône 2021-2026
  • Avenants aux contrats de développement métropolitain avec la Communauté Urbaine Creusot Montceau et avec le pôle métropolitain Nord Franche-Comté
  • Protocole d'accord avec Ile-de-France Mobilités concernant l'évolution des services ferroviaires sur l'axe Laroche-Migennes - Montereau - Paris Gare de Lyon
  • Stratégie d'acquisition, de gestion et de maintenance du matériel roulant ferroviaire
  • Configuration définitive des bassins de mobilités et du comité des partenaires régional
  • Plan pluriannuel d'égalité professionnelle 2021-2023
  • Contribution relative à la 3ème stratégie nationale pour la biodiversité 2021-2030

VISUEL CESER

La CFDT avait choisi d’intervenir sur le Compte administratif de l'exercice 2020 de la Région Bourgogne-Franche-Comté

Ainsi son « chef de file » au CESER,  Joseph Battault est il intervenu, au nom de la CFDT ; « La CFDT votera cet avis. Nous faisons quelques remarques complémentaires. Quand cet avis indique que les choix d’investissements lourds du Conseil régional pour faire face à la pandémie risquent d’obérer les capacités d’actions pour l’avenir, nous nous interrogeons. Oui les décisions prises en octobre 2020 auront des conséquences budgétaires fortes. Mais ne rien faire aujourd’hui pèserait tout aussi lourdement sur l’avenir en reportant ou en ne prenant pas les décisions rapidement pour faire face à la situation actuelle. Cet avis appelle à un réexamen global des dépenses de fonctionnement.

 À ce sujet, nous pouvons relire collectivement ce que le CESER disait sur cette question dans l’avis de novembre 2017 "Repenser la dette publique locale". "L’opposition investissement versus fonctionnement" ne donne pas à voir la diversité et la complexité des situations rencontrées. Les décisions publiques reposant sur cette seule opposition sont par essence trop limitatives." Les dépenses de fonctionnement comprennent parfois des investissements immatériels : par exemple formation professionnelle, soutien à l’ingénierie territoriale. Et certaines dépenses d’investissement répondent à des besoins immédiats. Souvent en opposant investissement et fonctionnement on confond dépenses de fonctionnement et frais de fonctionnement et en particulier frais de personnel. Confusion qui n’est pas neutre.

 La CFDT attire l’attention sur les risques de réduction des effectifs qui conduit à de véritables pertes de savoir-faire et d’expertise qu’on remplace ensuite par le recours à des cabinets extérieurs. Rappelons que les frais de personnel représentent 6,7% du budget en 2020 et des coupes drastiques auraient de lourdes conséquences pour le service rendu mais de très faibles résultats en termes financiers.

 L’avis propose d’examiner le poste des transports qui représente 30 % du budget. Cette réflexion doit se poursuivre dans le but de faire face aux défis à venir. Les transports collectifs dont les TER devront permettre de faire face aux inégalités territoriales, aux vulnérabilités énergétiques (la BFC est au 1er rang en France), à l’accès aux soins, au travail, à la formation etc. Par ailleurs, les échanges intra et inter régionaux constituent un facteur important d’attractivité de notre région.

 Enfin, la CFDT partage le souci de l’évaluation indiqué par l’avis. La contribution du CESER pour être portée dans les lieux institutionnels doit s’appuyer sur le regard que nous portons sur l’effectivité, et l’efficacité des mesures auprès des citoyens. Ce sont notre connaissance, notre présence, notre action quotidienne portées dans notre assemblée par le débat qui doivent constituer notre expression traduite ensuite dans des avis spécifiques. Nous pourrions commencer ce travail par la convention TER et plus globalement les transports porteurs de nombreux enjeux ».