«Lip ça change une vie, sur le moment… et après» , un évènement CFDT BFC le 22 novembre dernier

Publié le 06/02/2024

De nombreux évènements ont marqué le 50ième anniversaire de « l’affaire LIP » tant en Franche-Comté et en Bourgogne que nationalement. Nos camarades CFDT franc-comtois s’y sont beaucoup investis. Ainsi, le 22 novembre dernier était organisée à la Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement de l’Université de Franche-Comté à Besançon, une rencontre qui a rassemblé 150 personnes dont une trentaine d’ancien·ne·s LIP qui ont apporté leurs témoignages.

En janvier dernier WEB CFDT BFC reçoit un paquet de publications de l’Union Territoriale des Retraités CFDT du Doubs et au milieu de celles-ci une brochure siglée CFDT Bourgogne Franche-Comté, intitulée « Lip ça change une vie, sur le moment… et après » et sous-titrée « itinéraires improbables de salarié·e·s de Lip » Besançon 22 novembre 2023. Question à Jean GULLAUD, secrétaire de l’Union Régionale des Retraités CFDT de BFC qui a envoyé les documents pour connaître l’origine de la brochure « LIP ».

Jean GULLAUD : « La réalisation de la brochure a, de fait, été assurée par Gérard MAGNIN. Il a envoyé régulièrement les différents projets de rédaction aux membres du collectif qui avait préparé le 22 novembre. Pour les photos, elles sont toutes de Georges PANNETON ».

WEB CFDT BFC s’est donc rapproché de Gérard MAGNIN pour en savoir un peu plus sur ses souvenirs de l'époque et la préparation de cette rencontre du 22 novembre, qu'il a animée, en présence et avec les interventions de Laure NICOLAÏ, Secrétaire générale de a CFDT BFC et Marylise LEON Secrétaire générale de la Confédération CFDT

PHOTO MARYLISE

 

WEB CFDT BFC : Durant la première période de la lutte des Lip de 1973 à 1977, tu étais étudiant en sciences économiques puis politiques après des études électrotechniques. Quels sont tes souvenirs de l'époque ? Ensuite alors que tu étais devenu prof’, as-tu suivi les différentes tentatives d’entreprises coopératives jusqu’à l’orée des années 1990 ?

Gérard MAGNIN : J’étais militant du PSU depuis 68. Arrivé à Besançon venant du Nord Franche-Comté, j’ai très vite fait connaissance avec les militants de Lip dès avant le conflit. Les souvenirs de la période sont trop nombreux pour les conter. Besançon était le lieu de rendez-vous de la France sociale et politique. J’évoquerai surtout le sentiment de vivre un moment exceptionnel, dans la foulée de mai 68 où j’avais fait mes premiers pas de jeune engagé : AG quotidiennes, manifs, négociations avec l’envoyé gouvernemental Giraud, occasions de rencontres extraordinaires avec des Lip avec qui j’ai pu garder contacts depuis lors. Jeune papa, j’ai passé pas mal de temps avec ma fille dans le couffin au restau de Lip.

J’ai très vite travaillé avec les « Métaux » CFDT de Besançon et du Haut-Doubs, afin d’aider à impliquer les différentes sections syndicales de l’horlogerie de la frontière suisse.

En 1976, j’ai participé à la rédaction de l’ouvrage collectif « Lip, Affaire non classée » (Editions Syros), notamment par l’écriture - sous un pseudo ! -des quatre chapitres relatifs à la crise horlogère dans la région, en France et dans le Monde. Je fais partie de ceux qui étaient favorables à la constitution de coopératives, après avoir esquissé l’idée d’une nationalisation/région de Lip... sous « contrôle ouvrier ». Ayant quitté Besançon pour sept années à partir de 78, je n’ai pas été personnellement présent durant le « dur » de la constitution des coopératives et de leur développement.

 

WEB CFDT BFC : Quelle est la genèse de ton travail documentaire * de sources vidéo sur Lip (1973-2023 : Lip 50 ans après une source d’inspiration ), puis dans la préparation de la journée du 22 novembre "Lip ça change une vie, sur le moment… et après", Itinéraires improbables de salarié·e·s de Lip** à la Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement (MSHE) à Besançon ?

G.M. Dès la mi-2022, des frémissements ont débuté au sujet des 50 ans de LIP 73. Je me suis trouvé au carrefour de plusieurs « porteurs d’idées » : acteurs de la culture, du spectacle, de l’action sociale, collectivités, etc. La MJC-Palente, qui avait été alors un lieu de la lutte, a accepté de réunir une coordination légère. Une trentaine de personnes / structures se sont réunies une fois par mois pour échanger sur leurs initiatives. Cela a créé une forte émulation. J’ai été désigné pour y représenter la CFDT.

Un besoin s’est fait sentir dès le départ : faire connaître ce qu’a été Lip à l’époque au travers de vidéos et de films facilement accessibles en ligne et informer sur les évènements qui étaient déjà programmés, car rien n’avait été prévu pour une information complète. C’est ainsi qu’est né, sous l’étiquette de la CFDT, un travail documentaire public, « 1973-2023 : Lip 50 ans après une source d’inspiration » mis à jour plusieurs fois dans l’année et encore en janvier 2024. Une façon pour la CFDT de fournir un service pratique à tous et de faire la promotion des très nombreuses initiatives.

Ce n’était pas suffisant : l’idée d’un événement CFDT a germé à l’Union Territoriale des Retraités du Doubs. Nous avons réuni un groupe d’une bonne quinzaine de militants, dont une moitié d’anciens Lip, qui a débouché sur l’idée d’une Rencontre mettant l’accent sur l’émancipation individuelle et collective, ce que la lutte avait apporté dans leurs vies à ses acteurs et actrices. C’est ainsi que nous avons pu réunir une trentaine de femmes et d’hommes de Lip pour témoigner de ce qu’ils étaient devenus… au-delà de 73.

PHOTO ASSEMBLEE

 

WEB CFDT BFC : Comment s’est déroulée plus précisément cette journée du 22 novembre et que retiens tu des témoignages tant des ancien·ne·s de LIP que des interventions autres qui peuvent être « 50 ans après, une source d’inspiration » comme tu as titré ton travail documentaire?

 

prise de parole

G.M. : Afin de préparer cette Rencontre, chaque ancien Lip a été invité à remplir une petite fiche sur son itinéraire. Et celles et ceux qui l’ont souhaité ont été invités à témoigner en séance.

Beaucoup d’émotion, de sincérité, de vérités parfois douloureuses mais aussi remplies de fierté, par-delà leurs itinéraires improbables et si variés. Sans langue de bois. Y compris chez ceux qui ont été les plus critiques à l’époque… et qui le restent.

Avoir créé – et fait vivre - plusieurs coopératives dans un univers économique qui se délitait a été un exploit. Avoir créé des entreprises dont certaines sont encore très vivaces également. Participer - encore aujourd’hui - à des activités associatives, humanitaires, solidaires et syndicales ne l’est pas moins.

Tout chez elles et chez eux démontre une grande force intérieure et une imprégnation des valeurs dont la CFDT – mais pas seulement elle - est porteuse et que Marylise Léon a su rappeler en clôture.

Cette force est venue de la lutte de 1973, de l’ouverture d’esprit qui a été rendue possible.

Puis de l’obstination dont ils ont fait preuve pour prendre leurs affaires en mains et trouver des solutions par eux-mêmes. Des citoyennes et des citoyens debout !

Voilà où est la source d’inspiration. « Lip ça change (vraiment) une vie, sur le moment… et après »

 

 

En téléchargement ci-dessous :

  • * "Vivre ou revivre les 50 ans de Lip en videos, photos, articles  source d'inspiration CFDT V.25 Janv 24 travail documentaire
  • ** "Lip ça change une vie, sur le moment… et après", Itinéraires improbables de salarié·e·s de Lip un aperçu de la rencontre du 22 novembre 2023
  • l'intervention de Laure NICOLAÏ Sec. Gén; cfdt BFC lors de la rencontre du 22 novembre 2023

PHOTO LAURE

Pour les adhérent·e·s CFDT, sur Syndicalisme Hebdo

  • À Besançon, le souvenir encore fort des luttes des LIP

https://www.syndicalismehebdo.fr/article/a-besancon-le-souvenir-encore-fort-des-luttes-des-lip

  • Cinquante ans après, que reste-t-il du conflit LIP ?

https://www.syndicalismehebdo.fr/article/cinquante-ans-apres-que-reste-t-il-du-conflit-lip